prédestiner


prédestiner

prédestiner [ predɛstine ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1190 ; lat. ecclés. prædestinare
1Relig. Destiner, de toute éternité et de manière inéluctable, à la damnation ou au salut.
2Par ext. Vouer d'avance à l'accomplissement de grandes choses, à un destin particulier (surtout au pass.). Rien ne le prédestinait à jouer un rôle aussi important. destiner, prédisposer.
Disposer par avance à un usage, un emploi particulier. Climat qui prédestine un pays à l'agriculture.

prédestiner verbe transitif (latin praedestinare) En parlant de Dieu, fixer de toute éternité la fin dernière de la créature humaine. Vouer quelqu'un d'avance à un rôle, à une action : Rien ne le prédestinait à cet emploi.

prédestiner
v. tr.
d1./d THEOL Destiner de toute éternité à la damnation ou au salut.
d2./d Par ext. Destiner par avance à (qqch, à un avenir particulier).

⇒PRÉDESTINER, verbe trans.
A.THÉOL. Dieu prédestine qqn (à qqc.). Vouer d'avance, de manière inéluctable au salut ou à la damnation. Peut-on concevoir un visage, des gestes plus reposés, plus calmes, en un mot moins jansénistes, je veux dire, moins dominés par une religion de terreur. Assurément le Dieu qu'elle prie ne commande pas l'impossible et ne prédestine personne à l'enfer (BREMOND, Hist. sent. relig., t.4, 1920, p.179).
B.P. ext.
1. Prédisposer quelqu'un à l'accomplissement de grandes choses ou à un destin particulier, heureux ou malheureux.
a) Dieu prédestine qqn (à, ou moins usuel, pour + subst. ou inf.) Dieu avait prédestiné Moïse pour être le conducteur de son peuple (Ac.). Si jamais peuple fut prédestiné par le ciel pour un destin spécial et mérite le nom de peuple de Dieu, ce fut celui-là [la Grèce] (JOUFFROY, Mél. philos., 1833, p.66).
b) Souvent au passif. Qqn est prédestiné (à + subst. ou inf.). Être prédestiné au bonheur, aux catastrophes, à la révolte, à la solitude; être prédestiné à souffrir. Décidément j'étais prédestiné. Je n'allais plus que les regards en l'air, attendant du ciel, comme Élie, mon plaisir et ma nourriture (GIDE, Si le grain, 1924, p.479):
♦ Allons, se disait-il tout en cheminant, j'étais prédestiné à mourir de faim et d'ennui entre ces murailles lézardées, sous ce toit qui laisse passer la pluie comme un crime. Nul n'évite son sort et j'accomplirai le mien: je serai le dernier des Sigognac.
GAUTIER, Fracasse, 1863, p.454.
2. Qqc. prédestine qqn ou qqc. (à + subst. ou inf.). Prédisposer à un destin particulier. Son caractère, plein de douceur et de tendresse, le prédestinait à l'exploitation que les faibles femmes pratiquent sur les hommes forts (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p.164). Mon cou flexible, mes bras pendants, ma taille (...) me prédestinaient à obéir (COLETTE, Cl. s'en va, 1903, p.9). La structure de son pays prédestine le peuple japonais à la vie maritime (ALBITRECCIA, Gds moyens transp., 1931, p.106).
Prononc. et Orth.:[], (il) prédestine [-]. Ac. 1694, 1718: pre-; dep. 1740: pré-. Étymol. et Hist. 1. Fin XIIes. en parlant de Dieu «destiner quelqu'un au salut en prévision de ses mérites» (Sermons St Bernard, 32, 14 ds T.-L.); 2. 1541 «destiner chaque homme d'une façon infaillible et éternellement vraie à être sauvé ou damné» (CALVIN, Institution Chrétienne, III, XXII, 9, éd. J. D. Benoit, t.3, p.428); 3. 1555 «choisir de toute éternité une personne pour qu'elle accomplisse telle ou telle action sur terre» (RONSARD, Les Hymnes, éd. P. Laumonier, t.8, p.9, vers 74). Empr. au lat. chrét. praedestinare «préparer à l'avance de toute éternité» (ST JÉROME ds BLAISE Lat. chrét.), lat. class. «réserver par avance» comp. de prae- «en avant» et destinare «destiner à, affecter à». Fréq. abs. littér.:26.

prédestiner [pʀedɛstine] v. tr.
ÉTYM. V. 1190; lat. ecclés. prædestinare.
1 Didact. (relig.). Destiner, de toute éternité et de manière inéluctable, à la damnation ou (absolt) au salut.
1 Et si ce corps avez prédestiné
À être un jour par flamme terminé,
Que ce ne soit au moins pour cause folle (…)
Clément Marot, Épîtres, XLIII.
P. p. adj. (V. 1190). || Prédestiné, ée : que Dieu a choisi, élu pour être sauvé. Appeler (p. p.). || Âmes prédestinées (→ Attaque, cit. 4).N. m. || Selon les Jansénistes (cit. 2), le Christ n'est mort que pour les Prédestinés.Rare. Celui que Dieu a condamné d'avance (→ ci-dessous, cit. 3, Maurois).
2 — (…) personne ne pourrait reconnaître en ces trappistes des êtres prédestinés vivant hors la société moderne, en plein moyen âge, dans la fiance absolue d'un Dieu. — (…) Tout est en dedans, dit l'oblat. Pourquoi les âmes élues seraient-elles écrouées dans des geôles charnelles différentes des autres ?
Huysmans, En route, II, VII.
3 Il avait été obsédé depuis l'enfance par ce thème du Premier Prédestiné, de l'homme condamné par Dieu avant le crime. Caïn était un effort pour transposer sous forme de drame sa protestation passionnée contre l'existence du mal dans une création divine.
A. Maurois, la Vie de Byron, III, XXXI.
2 (Mil. XVIe). Surtout au passif. Vouer d'avance (cit. 14) à l'accomplissement de grandes choses ou, simplement, d'un destin particulier (en bonne ou mauvaise part). || Ses origines ne le prédestinaient pas à (jouer) un grand rôle dans l'État. || Avec un nom pareil, il était prédestiné à gagner de l'argent (→ Faire, cit. 28). || « Sa mauvaise étoile le prédestinait à se noyer » (Littré). || Elle avait toujours été prédestinée à la mansuétude (cit. 1, Hugo).
4 Il y a des destinées à secret; moi, j'ai la clef de la mienne, et j'ouvre mon énigme. Je suis prédestiné ! j'ai une mission.
Hugo, l'Homme qui rit, II, IX, II.
5 (…) il lui parlait la langue secrète, la langue natale de ceux qui sont prédestinés pour entretenir dans leur âme le feu des curiosités maudites (…)
M. Barrès, la Colline inspirée, XVIII.
Au p. p. adj. (1549, Calvin). || Croire chaque femme prédestinée à un homme (→ Ineffaçable, cit. 5).Adj. || Un être prédestiné, voué à un destin exceptionnel. N. || Les grands prédestinés.
6 Le vieil archevêque de Paris a remercié publiquement la Vierge d'avoir fait naître, le jour de l'Assomption, l'homme prédestiné.
Louis Madelin, Hist. du Consulat et de l'Empire, l'Avènement de l' Empire, VII.
3 Réserver, disposer par avance pour un usage, un emploi déterminé. || Climat, terrain qui prédestine une région à l'agriculture.
Par métonymie. Décider, fixer d'avance. P. p. adj. || Sort prédestiné.
——————
prédestiné, ée p. p. adj.
Voir à l'article : cit. 2, 3 et supra; 6 et supra.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • predestiner — Predestiner. v. a. Destiner de toute eternité au salut. Dieu a predestiné les eslus. il n y aura de sauvez que ceux qu il a plû à Dieu de predestiner. Il se dit aussi, Du choix que Dieu a fait de quelques personnes de toute eternité pour de… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • PRÉDESTINER — v. a. Destiner de toute éternité au salut. Dieu a prédestiné les élus. Ceux que Dieu prédestine à la grâce, à la gloire.   Il se dit aussi en parlant Du choix que Dieu, de toute éternité, a fait de quelques personnes pour de grandes choses. Dieu… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • PRÉDESTINER — v. tr. T. de Théologie Vouer d’avance au salut ou à la damnation, selon la doctrine de la prédestination. Il se dit aussi en parlant du Choix que Dieu, de toute éternité, a fait de quelques personnes pour de grandes choses. Dieu avait prédestiné… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • prédestiner — (pré dè sti né) v. a. 1°   Destiner de toute éternité au salut. •   ....Que nous allions jouir avec Dieu de ce grand et éternel renouvellement qu il a prédestiné à ses serviteurs, BOSSUET Sermons, Temps du jubilé, 3. •   En nous mettant devant… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • vouer — [ vwe ] v. tr. <conjug. : 1> • XIIIe; vuer, voer déb. XIIe; des formes anciennes de vœu 1 ♦ Vx Promettre à une divinité, par un vœu. Il « avait voué cent bœufs au vainqueur des Titans » (La Fontaine). ♢ Mod. Consacrer à Dieu, à un saint,… …   Encyclopédie Universelle

  • predestina — PREDESTINÁ, predestinez, vb. I. tranz. (Despre divinitate, destin) A hotărî dinainte soarta cuiva; a sorti, a meni, a ursi. – Din fr. prédestiner, lat. praedestinare. Trimis de RACAI, 21.10.2003. Sursa: DEX 98  PREDESTINÁ vb. 1. v. hărăzi. 2. a… …   Dicționar Român

  • destiner — [ dɛstine ] v. tr. <conjug. : 1> • 1160; lat. destinare ♦ DESTINER (qqn, qqch.) À. 1 ♦ Vieilli Fixer la destinée de (qqn). ⇒ prédestiner, promettre. Destiner un jeune homme à une jeune fille. « Cette persuasion que nous avons trouvé l être… …   Encyclopédie Universelle

  • élire — [ elir ] v. tr. <conjug. : 43> • eslire 1080; lat. pop. °exlegere, class. eligere 1 ♦ Vx Choisir (⇒ élu). Le mari « que j ai su vous élire » (Molière). ♢ Mod. Élire domicile. 2 ♦ Cour. Désigner à une dignité, à une fonction par voie de… …   Encyclopédie Universelle

  • prédestiné — prédestiné, ée [ predɛstine ] adj. • v. 1190; p. p. de prédestiner 1 ♦ Que Dieu a élu pour être sauvé. Subst. Selon les Jansénistes, le Christ n est mort que pour les Prédestinés. 2 ♦ (XVIe) Prédestiné à... : voué à (un destin particulier). « Je… …   Encyclopédie Universelle

  • réserver — [ rezɛrve ] v. tr. <conjug. : 1> • 1190; lat. reservare 1 ♦ Dr. Mettre à part, dans un contrat, (un droit qu on pourra invoquer plus tard). ♢ Attribuer par avance à qqn. Clause réservant au donateur la faculté de révocation. 2 ♦ Cour.… …   Encyclopédie Universelle